Une vie avec Alexandra David Neel T2

Une vie avec Alexandra David Neel T2

Née sous le signe de l’aventure

Alexandra David-Néel, est l’’E’xploratrice orientaliste du début du XXème siècle. Féministe, anarchiste, cantatrice à ses débuts, théosophe, écrivain et journaliste…
Elle fut, en 1924, la première femme d’origine européenne à séjourner à Lhassa au Tibet, exploit dont les journaux se firent l’écho un an plus tard et qui contribua fortement à sa renommée, en plus de ses qualités personnelles et de son érudition.

Durant toute son enfance et son adolescence elle côtoie Élisée Reclus, qui l’amène à s’intéresser aux idées anarchistes de l’époque (Max Stirner, Michel Bakounine, etc.) et aux féministes qui lui inspireront la publication de Pour la vie en 1898. Elle devient d’ailleurs une libre collaboratrice de La Fronde, journal féministe. Mais elle rejette en revanche certaines des positions prônées lors de ces réunions (par exemple le droit de vote), préférant la lutte pour l’émancipation économique. Alexandra s’éloignera d’ailleurs de ces « oiseaux aimables, au précieux plumage », ces féministes venant pour la plupart de la haute société, et oubliant la lutte économique à laquelle la plupart des femmes sont astreintes.

Alexandra David-Néel arrive au Sikkim en 1912. Elle se lie d’amitié avec Sidkéong Tulku Namgyal, le fils aîné du souverain (chogyal) de ce royaume (qui deviendra un État de l’Inde), et se rend dans de nombreux monastères bouddhistes pour parfaire sa connaissance du bouddhisme. En 1914, elle rencontre dans un de ces monastères le jeune Aphur Yongden, âgé de 15 ans, dont elle fera par la suite son fils adoptif. Tous deux décident de se retirer dans une caverne en ermitage à plus de 4 000 mètres d’altitude, au nord du Sikkim.

Le 13 juillet 1916, sans demander la permission à quiconque, Alexandra David-Néel part pour le Tibet en compagnie de Yongden et d’un moine. Elle projette de visiter deux grands centres religieux proches de son ermitage du Sikkim : le monastère de Chorten Nyima et celui de Tashilhunpo, près de Shigatsé, l’une des plus grandes villes du sud du Tibet. Au monastère de Tashilhunpo, où elle arrive le 16 juillet, on la laisse consulter les écrits bouddhistes et visiter les divers temples. Le 19, elle se rend chez le panchen-lama, dont elle reçoit la bénédiction et un accueil charmant : il la présente aux notables de son entourage, à ses professeurs et à sa mère. Le panchen-lama enchérit et lui propose de rester à Shigatsé comme son invitée, ce qu’elle décline, quittant la ville le 26 juillet, non sans avoir reçu les titres honoraires de lama et de docteur en bouddhisme tibétain et connu des heures de grande félicité. Elle poursuit son escapade au Tibet en visitant l’imprimerie de Nartan (snar-thang) avant de rendre visite à un anachorète qui l’a invitée près du lac Mo-te-tong. Le 15 août, elle est reçue par un lama à Tranglung.

À son retour au Sikkim, les autorités coloniales britanniques, poussées par des missionnaires exaspérés par l’accueil réservé à Alexandra par le panchen-lama et mécontentes de ce qu’elle ait ignoré leur interdiction de pénétrer au Tibet, lui notifient un avis d’expulsion.

Rentrée en France, Alexandra David-Néel loue une petite maison sur les hauteurs de Toulon et cherche une maison au soleil et sans trop de voisins. Une agence de Marseille lui propose une petite maison à Digne-les-Bains en 1928. Elle, qui cherchait du soleil, visite la maison sous des trombes d’eau mais l’endroit lui plaît et elle l’achète. Quatre ans plus tard, elle commence à agrandir sa maison, baptisée Samten-Dzong ou « forteresse de la méditation », le premier ermitage et sanctuaire lamaïste en France selon Raymond Brodeur. Elle y écrit plusieurs livres relatant ses différents voyages.
Entre ces diverses publications – toujours accompagnée d‘Aphur Yongden, le fidèle compagnon d’aventures, devenu légalement son fils adoptif – elle fait de grandes tournées de conférences en France et en Europe.

Dans ce Tome 2, qui finalise ce scénario sur la vie d’Alexandra David Neel, Alexandra fête ses 100 ans.

Rêvant toujours de voyager à travers l’Europe et la Russie, elle entame pourtant une longue et sereine agonie, veillée par Marie- Madeleine.
Au cours de ces 17 jours, le présent et le passé s’entremêlent, allant de l’épisode de Lhassa jusqu’à son enfance difficile, en passant par sa découverte du musée Guimet de Paris où elle passait d’innombrables heures à étudier l’hindouisme et le bouddhisme.

Éditions Gand Angle
Format : 214 x 290
104 pages

Retrouvez la BD en à la vente sur notre site [via Amazon] en cliquant sur l’image ci-dessous :


Tome 2/2

Tome 1/2

 

Cet article a été publié dans la catégorie BD.

 

Qu'en pensez-vous ?